Boycott : 12 groupes qui l’ont bien bien cherché

Ne soyons pas trop durs avec celles et ceux qui ne se souviennent plus quel est le problème avec l’huile de palme (ce n’est pas comme s’il n’y avait qu’un seul problème avec la façon dont ce monde fonctionne) : pour rappel donc, sous sa forme actuelle, la production d’huile de palme est responsable d’une importante déforestation, elle contribue à la disparition de nombreuses espèces à l’image des Orangs-outangs (il y en a presque plus, pour info, 150,000 d’entre eux ont disparu en 6 ans avec ces conneries), use de produits hautement toxiques et les conditions de travail dans les plantations y sont souvent déplorables. (si vous préférez l’explication en vidéo, c’est par ici)

Maintenant, l’info : Wilmar International, le plus gros négociant d’huile de palme au monde, n’en a pas du tout fini avec la destruction des forêts tropicales. En 2013 déjà, Greenpeace dénonçait les atteintes à l’environnement de Wilmar et de ses fournisseurs. Plus tard la même année, Wilmar avait adopté une politique « zéro déforestation, zéro destruction des tourbières et zéro exploitation de la main d’œuvre ».

Mais le blabla a ses limites : Greenpeace a mené l’enquête, prouvant qu’aujourd’hui encore Wilmar se fournit en huile de palme produite par des groupes qui détruisent les forêts tropicales et s’accaparent les terres de communautés locales. Foutage de gueule vous avez dit ? Il semblerait que oui : « notre enquête montre que l’huile de palme que Wilmar achète et vend est encore profondément entachée de déforestation. Les multinationales des secteurs agroalimentaire et cosmétique ont promis à leurs clients qu’elles n’utiliseraient que de l’huile de palme zéro déforestation, mais elles n’ont pas tenu cette promesse. Ces multinationales doivent régler le problème une bonne fois pour toutes en suspendant leurs relations avec l’entreprise Wilmar tant qu’elle ne peut pas prouver que son huile de palme ne contribue pas à la déforestation », explique Cécile Leuba, chargée de campagne Forêts à Greenpeace France.

Donc oui, foutage de gueule.

Le foutage de gueule, c’est mal. Et ça mérite d’être sanctionné. Sévèrement. Et ça tombe bien, puisqu’en tant que consommateurs, nous avons la capacité à sanctionner sévèrement.
Alors voici la liste des 12 marques à boycotter d’urgence : Colgate-Palmolive, General Mills, Hershey, Kellogg’s, Kraft Heinz, L’Oréal, Mars, Mondelez, Nestlé, PepsiCo, Reckitt Benckiser et Unilever.

Comment on fait ? On note la liste sur un bout de papier (ou on l’apprend par cœur si on veut challenger ses capacités de mémoire), et on n’achète PLUS AUCUN PRODUIT de ces marques.
#boycottcitoyen

Aujourd’hui, nous avons passé le cap des 10,000 personnes sur l’événement de boycott : rejoignez-nous, plus nous serons nombreux, plus l’action aura de répercussions !
https://www.facebook.com/events/271719397002302/?active_tab=about

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s