Ouf, il existe des chocolats qui ne font mal ni à la planète, ni aux travailleurs (à notre ventre, c’est une autre histoire)

En France, on adore le chocolat. Plus précisément, on l’engloutit : 405.000 tonnes de chocolat ont été consommées par les Français en 2015, soit environ plus de 12 kilos par seconde. La France est le 7ème pays consommateur de la fève de cacao en Europe (avec 6,7kg par an et par habitant), et il y a dans notre pays 97% de gourmands qui consomment du chocolat au moins… une fois par semaine ! Des petits plaisirs qui deviennent une vraie tradition à Noël : en 2014, 33.290 tonnes avaient été écoulées pour la période de Noël, soit 9% de la consommation annuelle (1).

Alors, on se demande, quand même : savourer des chocolats à Noël sans gâcher la fête, c’est possible ? Du cacao qui ne provient pas de la déforestation et de l’exploitation des hommes et des enfants, c’est de l’ordre de l’envisageable ? Rangez vos mouchoirs, la réponse est oui ! L’ONG Green America a réalisé en 2018 un classement des marques de chocolat les plus vertueuses et celles à éviter. Evidemment, la plupart sont américaines, mais on peut retenir dans le top du top la marque équitable Alter Eco (on s’en doutait, les moins bien classées sont les marques Ferrero et Godiva).

De fait, pour acheter du chocolat en étant certain de ne pas contribuer au travail des enfants, le mieux reste de choisir du chocolat labellisé. Aujourd’hui, le principal label qui garantisse des conditions de travail décentes et le respect de l’environnement est le label de commerce équitable Max Havelaar. Les garanties ? Un juste prix pour les producteurs, et le respect des droits humains, notamment des enfants.
Certaines marques se sont spécialisées dans le commerce équitable, comme Puerto CacaoArtisans du Monde ou Ethiquable. Ethiquable par exemple, travaille, pour ses chocolats, avec une coopérative de producteurs haïtiens. Le chocolat d’Haïti est un grand cru de particulièrement bonne qualité et peu présent dans l’offre classique des distributeurs. Ce partenariat garantit de nouvelles plantations dans un pays dévasté par la déforestation et les séismes meurtriers, et le différentiel « permet de payer le cacao aux paysans 30 % de plus que les intermédiaires locaux, tout en couvrant des investissements (séchoirs, locaux…) et des actions de formation et d’animation », rapporte Ethiquable. Dans ces conditions, le chocolat se savoure autrement… On va avoir du mal à se restreindre !

(1) Chiffres : Planetoscope

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s