Inconditionnels du « vrai » sapin de Noël, renseignez-vous avant d’acheter !

Vous vous en doutez : il n’y a pas plus bel arbre que celui qui vit sa vie d’arbre dans sa forêt. Et Boycott Citoyen vous encourage, pour des tas d’autres raisons que vous trouverez ici, à ne pas acheter de sapin de Noël cette année. Pour autant, 6 millions de sapins de Noël sont vendus en France chaque année, et un peu plus d’un foyer sur 5 tient à son sapin de Noël. Alors si vous faites partie des inconditionnels du concours des plus beaux sapins de Noël avec un vrai tronc et des vraies épines, voici quelques conseils qui vous aideront à limiter les dégâts :

  • N’achetez pas votre sapin en grande surface : outre le fait qu’on les méprise de façon globale et que les boycotter durablement serait un cadeau pour l’humanité, elles commencent à stocker des sapins jusqu’à un mois avant la date de coupe habituelle, ce qui oblige leurs producteurs à pulvériser les sapins de fixateurs polluants pour coller les aiguilles et maintenir les pauvres arbres artificiellement vaillants. Privilégiez plutôt l’achat de vos sapins chez des fleuristes, dans des pépinières ou des jardineries « responsables » comme l’enseigne Botanic : vous aurez plus de chances de trouver un sapin de qualité, et pourrez discuter avec le vendeur pour connaître la provenance du sapin.
  • A propos de provenance, le sapin Nordmann, originaire du Caucase, a un prix plus élevé que celui de l’épicéa mais il est dense, perd moins ses aiguilles et présente une très bonne résistance car il se dessèche plus lentement. Dès lors, il fait office de préféré au moment de l’achat. Néanmoins, sachez que la  majorité des Nordmann vendus en France sont importés du Danemark. Alors renseignez-vous : il existe des sapins Nordmann cultivés en France.
  • Sachez que la période de coupe idéale pour un sapin en forme a lieu la première quinzaine de décembre : ne vous précipitez donc pas pour acheter votre sapin. Pour savoir si votre arbre va tenir le coup d’ici les fêtes, pliez une branche entre le pouce et l’index en la tirant vers vous : un sapin fraîchement coupé ne laisse pas tomber plus de cinq ou six aiguilles.
  • Choisissez un sapin cultivé en France. Regroupés au sein de l’Association Française du Sapin de Noël Naturel, les producteurs pratiquent une production écoresponsable. Paraît-il. Parce que bon. La culture des sapins dans le Morvan a par exemple déjà causé de sacrés soucis aux habitants dans la mesure où du dichlobénil,  puissant herbicide utilisé pour leur culture (possiblement cancérogène et interdit en France depuis 2012) a été retrouvé dans l’eau potable. Le traitement de l’eau aux charbons actifs qui s’est avéré nécessaire est toujours en cours. Et on ne parle même pas de ce qui reste dans les nappes phréatiques.
  • Pour plus de sûreté, optez pour un sapin de Noël certifié Plante Bleue ou Fleurs de France, issu de productions agricoles raisonnées. Il existe aussi des sapins labellisés bio, cultivés sans pesticides par des producteurs passionnés. Ils sont cultivés dans les Pyrénées Ariégeoises, ce qui est une bonne nouvelle pour Delphine et Manuella qui habitent dans le coin, mais les autres pourront toujours  les commander en ligne sur France Sapin Bio.
  • Surtout, évitez les sapins couverts de neige artificielle : cette fausse neige contient des composés polluants, et les sapins ne sont pas recyclables en fin de vie.
  • Pour régler le problème des aiguilles dont on arrive à ne se débarrasser qu’aux alentours de Pâques, vous pouvez  aussi opter pour un Sac à Sapin Handicap International : contribue à accompagner une vingtaine de personnes handicapées dans leur projet professionnel. De la conception jusqu’à la livraison en magasins, l’ensemble de la chaîne est géré par l’association, lui permettant de financer certaines de ses actions sur le terrain. En 2015, près de 420 000 Sacs à Sapin ont été vendus, soit au moins 630 000 euros pour soutenir les programmes de développement de Handicap International dans près de 60 pays à travers le monde.
  • Dernière option du jour : louer un sapin, qui rentrera au bercail après les fêtes pour y être replanté et continuer sa petite vie : Treezman s’occupe de tout.
  • Ne croyez surtout pas que la question cruciale des décorations qui vont aller sur le sapin a été oubliée : un sapin pas déguisé n’est clairement pas un sapin de noël. Mais le sujet sera abordé dans un prochain article, avant que celui-ci ne devienne un bouquin.
  • Et finalement, après les fêtes, n’oubliez pas que votre sapin peut être replanté, ou recyclé. Nous en reparlerons au moment voulu, mais les plus prévoyants d’entre vous trouveront déjà quelques informations par ici.

 

2 commentaires

  1. Oui vous avez entièrement raison, c’est complètement fou de couper des arbres uniquement pour le laisser mourir dans le salon alors qu’il y a la solution de la location qui est vraiment superbe, J’ai moi-même écrit un article sur le sujet je pense qu’il est important de partager l’information et vive la location. Je me permets de mettre le lien de l’article si cela peut intéresser d’autres lecteurs.

    https://www.nappilla.lu/fr/blog/arreter-d-acheter-votre-sapin-de-noel-passez-a-la-location-n201

    Au plaisir de vous lire

    Sébastien
    Nappilla

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s