A partir du 5 décembre, je boycotte la Société Générale

Alors que l’urgence climatique n’a jamais été aussi palpable, la réduction des émissions de gaz à effet de serre devient une priorité absolue. Dès lors, nous devons donc dès aujourd’hui amorcer une baisse drastique de l’exploitation des énergies fossiles, et a fortiori mettre fin à tout nouveau projet, afin de créer les conditions d’une transition juste et rapide vers des sociétés soutenables.

En tant que pourvoyeurs de fonds de l’industrie fossile, les banques ont un rôle clé à jouer dans la transition énergétique. Mais loin de montrer l’exemple, elles ignorent les impératifs climatiques et continuent à financer les énergies fossiles les plus polluantes dans le monde. Charbon, sables bitumineux, gaz de schiste, forages en Arctique et en eaux profondes, Société Générale est la première banque française à financer les énergies sales… Elle soutient notamment le développement du terminal d’exportation de gaz de schiste Rio Grande LNG et du gazoduc Rio Bravo Pipeline au Texas, qui contribueraient à émettre autant que 44 centrales à charbon, et menacent les conditions de vie des communautés locales et des peuples autochtones.

Le 8 septembre dernier, plus de 700 activistes des Amis de la Terre et d’ANV-COP21 ont nettoyé 40 agences locales de Société Générale, appelant la banque à mettre fin à ses soutiens aux énergies fossiles, et à se retirer du projet Rio Grande LNG. Interpellée par les militants et sollicitée par les médias, Société Générale a publié sur son site internet une réponse présentant ses engagements climat : alors que l’Accord de Paris a pour objectif de limiter le réchauffement bien en-deçà de 2°C et de tendre au maximum vers 1,5°C, Société Générale se réfère pour sa politique climat non pas au scénario « Beyond 2°C », mais au scénario « Sustainable Development » de l’Agence Internationale de l’Énergie qui a vocation à suivre une trajectoire 2°C, insuffisant pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

Société Générale se défend en mettant en avant ses financements verts, qui ne peuvent constituer une réponse à l’urgence climatique s’ils ne sont pas accompagnés d’une remise en cause de ses financements noirs. Cette stratégie permet à la banque de soutenir le développement de nouvelles infrastructures qui poussent en amont l’extraction d’énergies fossiles, y compris l’ouverture de nouvelles réserves, et impliquent en aval la construction de nouvelles centrales électriques, alors que toute nouvelle infrastructure électrique carbonée construite après 2017 se situe déjà hors budget carbone.

La mobilisation se poursuivra pour dénoncer les activités destructrices de Société Générale : les Amis de la Terre et ANV-COP21 appellent à mener une « opération nettoyage » massive de l’agence centrale parisienne de Société Générale le 14 décembre, jour de la clôture de la COP24, si celle-ci ne revoit pas d’ici-là sa politique.

Vous aussi, vous souhaitez dire à la Société Générale ce que vous pensez d’elle ? Le modèle de courrier se trouve par ici ! Si nous sommes des centaines de milliers à l’envoyer, la banque finira peut-être par comprendre qu’elle doit agir !

Source : le rapport “Société Générale, plein gaz sur les fossiles” publié par les Amis de la Terre en mars 2018.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s