Coca-Cola produit 200.000 bouteilles en plastique par minute ? N’en achetons plus une seule !

La marque est une légende. Omniprésente sur tous les continents, répondant à l’appel dans toutes les épiceries de tous les villages de tous les pays. Elle est l’image même de la puissance et de la prospérité et elle a toujours veillé à porter haut et fort des valeurs très très sympathiques, telles que la liberté, la coolitude et le fun. Première de la classe des entreprises florissantes, l’entreprise n’en est pas moins le pire cancre que l’école n’ait jamais vu passer… Au-delà de son dernier coup d’éclat européen, voici 5 raisons pour lesquelles nous souhaiterions que Coca-Cola revoit sérieusement sa copie :

1/ Coca-Cola est un fanatique de plastique
Chaque seconde dans le monde, nous produisons 10 tonnes de plastique, et toutes les 2 secondes, 1 tonne finit dans les océans. Or Coca-Cola a lui seul produit 3 millions de tonnes de bouteilles plastique par an. En s’appuyant sur ce chiffre mesuré en 2017, le Guardian estime que cela représente 180 milliards de bouteilles en plastique chaque année soit 200.000 par minute et plus d’un cinquième de la production mondiale. Parallèlement, la proportion de bouteilles recyclées ne cesse de baisser, de 63 % en 2013 à 59 % en 2015… En dix ans, la proportion d’emballages jetables aurait progressé de 12 %. Bravo !

2/ Coca-Cola cultive le mensonge
La marque met en avant la possibilité d’un recyclage à l’infini du plastique ? C’est impossible, dans la mesure où la qualité du plastique se dégrade au fil du processus de recyclage… Il en faut donc toujours plus pour produire la matière finale. Autrement dit, l’intérêt de Coca-Cola est d’encourager la consommation de plastique afin de disposer de plus de plastique recyclé… Génial !
Evidemment, la marque se targue, sans rougir ni rien, d’avoir une vraie volonté de réduction des déchets. Mais alors que son objectif était d’intégrer 25 % de plastique recyclé dans ses bouteilles en 2015, le compteur n’est qu’à 7 % en 2018. Grâce à la fuite de courriers internes de Coca-Cola, nous savons désormais qu’en 2016, l’entreprise comptait parmi ses priorités le fait de se battre contre toutes les réglementations qui pourraient être prises en Europe pour augmenter le taux de collecte et de recyclage. Coca-Cola avait également pour but de se dresser contre toutes les propositions de systèmes de consigne…  Merci bien !

3/ Coca-Cola pille les ressources en eau des populations
La consommation annuelle d’eau de Coca-Cola est estimée à plus de 300 milliards de litres tous continents confondus. Vous voulez voir en temps réel ? Allez donc faire un petit tour sur ConsoGlobe, attention ça pique les yeux… La fabrication d’un litre de Coca-Cola nécessite six litres d’eau, et 6 litres d’eau, ce n’est pas rien dans certains pays. Un exemple ? Selon Reporterre, le Mexique compte 119 millions d’habitants… dont 12 millions n’ont pas d’accès à l’eau potable (dans le même temps, et c’est notable, le Mexique est le premier consommateur au monde de Coca-Cola, avec l’équivalent de 728 bouteilles de 25 cl par an et par habitant, contre 406 pour les Etats-Unis ou 149 pour la France). Dans ce pays où l’eau est rare, Coca-Cola a négocié 27 concessions pour pomper de l’eau, et 8 concessions pour rejeter ses eaux usées. La compagnie pompe ainsi plus de 100 millions de litres d’eau chaque année dans la province du Chiapas. Plusieurs associations ont dénoncé la catastrophe environnementale et humaine que représente l’usine. En Inde, mêmes problématiques d’eau, mêmes combats de la population, même stratégie de Coca-Cola : là-bas, c’est 1,5 millions de litres d’eau que la firme pompait chaque jour dans le Kerala, jusqu’à ce que le chef du gouvernement du Kerala ordonne la fermeture de l’usine d’embouteillage sur son sol après une mobilisation massive des citoyens. L’argument de Coca-Cola ? « Grâce à une utilisation plus efficace de l’eau dans ses usines et à la restitution des eaux usées – une fois traitées – vers les bassins hydrologiques et les municipalités, Coca-Cola est en mesure de renouveler un volume d’eau équivalent à celui qu’elle utilise dans ses boissons et leur production. » Autrement dit, Coca-Cola estime que rejeter des eaux usées préalablement traitées compense l’utilisation de l’eau pure des nappes phréatiques minéralisée naturellement. Mais bien sûr !

4/ Coca-Cola est une aberration pour notre corps
Soyons honnêtes : une boisson capable de décaper la carrosserie de nos voitures ne peut pas être un cadeau pour nos corps… Premièrement, une canette de 33 cl de Coca-Cola contient 35 grammes de sucre (soit 7 morceaux). Autant dire que si vous vous privez de votre demi-sucre au café, vous devriez changer de stratégie 😉 Vous buvez du Coca zéro ? Contenu dans les gammes light des sodas, l’aspartame serait, selon plusieurs études récentes, nocive pour la santé.
Dernière petite chose : l’acide phosphorique, qui donne au Coca-Cola son goût acide, présenterait des risques pour la santé pour les plus gros consommateurs de soda. A un taux élevé, l’acide phosphorique favorise l’apparition de calculs rénaux et entrave le fonctionnement des reins. Une étude américaine menée en 2008 auprès de 465 personnes chez qui une insuffisance rénale vient d’être diagnostiquée a constaté qu’à partir de deux verres de Coca-Cola par jour, le risque d’insuffisance rénale est multiplié par deux. Il en est de même avec le Coca light… A votre santé !

5/ Coca-Cola a le choix
Coca-Cola est riche… Très riche : 38 milliards d’euros de chiffre d’affaire annuel. Autrement dit, si l’entreprise avait ne serait-ce qu’un brin de volonté, un quelconque scrupule, un minimum de respect pour ses consommateurs, ou toute autre valeur digne de ce nom, elle POURRAIT faire un effort. Elle ne veut pas ? Obligeons-la ! Arrêtons, purement et simplement, de boire du Coca-Cola. Clairement, nous n’en mourrons pas. Nous nous en porterons même mieux, à vrai dire. Et si nous sommes suffisamment nombreux, très nombreux, exceptionnellement nombreux, outrageusement nombreux… Coca-Cola sera bien obligée de prendre quelques uns de ses milliards d’euros durement gagnés pour mettre son département R&D sur une stratégie un peu plus respectueuse de la nature et du vivant.

Accros au Coca ? Il existe des alternatives par ici, et une recette par là !

Vous voulez boycotter intégralement la Coca-Cola Company ? Voici la liste de ses marques qui participent aux pillages des ressources naturelles en eau de la planète :

  • Finley – Limonade
  • Coca-Cola – et tous ses dérivés
  • Fanta – et tous ses dérivés
  • Capri Sun
  • Powerade
  • Minute Maid
  • Hawaï Tropical
  • Ocean Spray
  • Nestea – thé glacé (en partenariat avec Nestlé)
  • Sprite – et tous ses dérivés
  • Monster Energy
  • Burn – Boisson énergisante
  • NALU Energizer – boisson énergisante
  • Chaudfontaine – Eau thermale

______________________________

Depuis le mois d’octobre, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !