Saint-Malo demande un Etat d’Urgence Climatique Mondial

Jérome Romme

Après le succès de la Marche pour le Climat du 16 mars, l’agenda international place une réunion préparatoire des ministres des Affaires Étrangères du G7 les 5 et 6 avril prochains à Dinard et Saint Malo. Cette rencontre est un préambule avant le Sommet des Chefs de Gouvernements à Biarritz fin août et dont la France assure la présidence.

Aujourd’hui le constat est simple et effarant :

  • Nous vivons la 6ème extinction de masse des espèces animales et végétales,
  • Les dérèglements climatiques sont déjà palpables, de plus en plus incontrôlables et iront en s’aggravant puisqu’à ce jour aucune volonté politique internationale ne prend corps pour les contrecarrer.
  • Les mécanismes naturels qui absorbent et compensent l’activité humaine sont saturés,
  • La pollution de tous les écosystèmes et des êtres vivants est incontestable et d’une magnitude sidérante,
  • Des milliards de personnes sont et seront impactés entraînant de sombres perspectives comme la famine, la maladie et l’exode.

Le Collectif Unis pour le Climat – Saint Malo (antenne locale du collectif national « Citoyens pour le Climat ») a donc décidé de demander audience auprès des représentants des gouvernements à l’occasion de cette réunion préparatoire, pour inciter les dirigeants à mettre la protection de l’environnement comme axe central et incontournable de toutes les réflexions et décisions qui seront prises lors de ce Sommet.

Les exigences sont les suivantes

  1. La déclaration de l’Etat d’Urgence Climatique Mondial.
  2. La création d’un Tribunal Pénal Climatique supranational doté d’un arsenal juridique fort à l’instar du TPI* de La Haye, instaurer la responsabilité des pollueurs industriels à la source.
  3. La mise en place de traités de coopération internationale pour la dépollution des sols et des océans ainsi que des engagements forts de réduction et de gestion des déchets de chaque pays.
  4. La mise en place de traités internationaux sur la protection de la biodiversité et des écosystèmes, le gel de la déforestation des forêts tropicales et primaires et la réduction forte de l’artificialisation des sols.
  5. Des accords sur la taxation des mouvements financiers et la création d’une Banque du climat.
  6. Des accords sur la taxation des combustibles utilisés dans l’aviation et le maritime.
  7. Des accords de solidarité pour les populations victimes des conséquences du changement climatique ainsi que l’accueil des réfugiés.
  8. L’engagement d’accélérer la transition écologique dès 2020 et d’anticiper ses conséquences sociales : formations, emplois, reconversion des entreprises et des salariés, réseaux de transports, urbanisme, énergie, agriculture…
  9. La garantie de protection de la santé et de l’accès à l’eau, la lutte contre la pauvreté, favoriser l’autonomie énergétique des logements et la priorisation de la sécurité alimentaire des populations.
  10. Le développement de technologies renouvelables et alternatives en favorisant des procédés de fabrication et des techniques qui n’épuisent plus les ressources naturelles.

 

Vous partagez ces perspectives quant à la nature et la substance des futurs textes internationaux ? Signez et propagez cette pétition aux 4 coins de la planète afin de faire porter la voix des Peuples au Sommet des puissants de ce monde.

Contact : demandons.audience.g7@gmail.com