Marche pour le Climat : convergeons, soyons des millions, nous nous le devons

Le week-end du 26 janvier, nous avons tous rendez-vous dans la rue parce que nous n’avons plus le choix.

Nuage après nuage, le ciel nous tombe sur la tête : l’heure de la sixième extinction de masse a sonné, 60% des espèces sauvages ont disparu, et il devient illusoire de croire que l’on restera en-dessous de la barre fatidique des 1,5 degrés qui devaient nous protéger du marasme : les chercheurs estiment que nos chances de limiter le réchauffement climatique à 2 °C ne sont que de 5 %. Et en l’état actuel des engagements pris par les 196 pays signataires de l’Accord de Paris pour diminuer leurs émissions d’ici 2030, le réchauffement global atteindrait… les 3,2 °C d’ici la fin du siècle, selon un rapport publié par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE)

Le week-end du 26 janvier, nous avons tous rendez-vous dans la rue parce que nous n’avons plus le choix. Parce que nous voulons des coquelicots, parce que nous voulons croire qu’il y a un avenir pour eux, pour les abeilles, les girafes et accessoirement nos enfants.

Le week-end du 26 janvier, nous avons tous rendez-vous dans la rue parce que nous ne voulons, nous ne pouvons porter seuls le fardeau des enjeux climatiques, et que nous exhortons nos dirigeants à sortir de leur inertie. Cette inertie, ils ont du mal à en sortir, et pour cause : afin de limiter la portée du tsunami climatique qui nous attend, c’est un virage à 180 degrés qu’il nous faut prendre. Ce qu’il nous faut envisager, c’est la sortie de tout un système. Cela va se faire dans la douleur, et nous le savons. Mais nous sommes prêts à prendre le risque, parce que nous n’avons plus le choix. Et parce que ce système, de toute façon, nous n’en voulons plus.
Les Gilets Jaunes n’en veulent plus. Les profs, les étudiants, les personnels hospitaliers, les retraités n’en veulent plus. Les ouvriers bangladais, chinois et indiens n’en veulent plus, les migrants climatiques, économiques, les migrants de guerre n’en veulent plus.
Le système auquel nos dirigeants doivent mettre fin, c’est un système néfaste pour 90% de la population, et bénéfique pour 10% de la population, dont ils font partie. C’est un système profitant aux 100 entreprises responsables de 71% des émissions mondiales de gaz à effet de serre depuis 1988.

Nous avons rendez-vous avec notre avenir, alors soyons présents, en masse, pour le regarder dans les yeux, et lui dire que nous sommes prêts à relever les défis qui nous attendent.
Nous avons rendez-vous avec les générations futures, alors ne soyons pas en retard, pour leur permettre de naître dans un monde où les oiseaux existeront ailleurs que dans les livres illustrés.
Nous avons rendez-vous avec la planète, alors ne lui faisons pas faux bond, pour la rassurer sur notre capacité à nous mobiliser pour elle.
Nous avons rendez-vous avec nos dirigeants, alors faisons beaucoup de bruit, pour être entendus en tant que citoyens, et faire entendre notre refus d’un système qui bénéficie aux 1% les plus riches, au détriment des 99% restants, mais aussi de la nature et de l’avenir.

Nous devons être des millions, car il n’y a pas de rendez-vous plus important que celui-là.
Nous devons être déterminés, car nous ne serons plus là pour nous atteler aux autres défis si nous ne sommes pas capables de relever celui-là.

Nous devons répondre à l’appel, et nous n’avons pas d’excuse.
Vous voulez être présent, mais vous ne savez pas si une marche est prévue dans votre ville, votre village, votre campagne, votre pays ? Rendez-vous sur United4earth, qui répertorie des centaines d’initiatives pour le climat en France et ailleurs dans le monde.
Vous voulez marcher mais aucune marche n’est prévue dans votre ville, votre village, votre campagne, votre pays ? Organisez un événement, prenez contact avec les organisateurs d’autres marches pour vous renseigner sur les démarches, impulsez le changement : cela vous donnera la fierté d’être à l’initiative d’un beau projet, et cela vous donnera l’occasion de rencontrer des dizaines d’autres citoyen.nes qui, comme vous, ont décidé de relever leurs manches.

Dimanche 27 janvier, dès 12h, le Boycott Citoyen sera présent à Paris sur la place de la République, avec tout le matériel nécessaire pour aider les manifestant.es qui le souhaitent à fabriquer leur pancarte. Dans le groupe L’Art de la Lutte, d’autres boycotteurs et boycotteuses citoyennes se sont portés volontaires pour proposer le même type d’action ailleurs en France. Vous voulez faire partie du mouvement ? Rejoignez-nous !

(1) Source : étude du think tank américain World Ressources Institute et de deux centres de recherche britanniques (le Grantham Research Institute et le Center for Climate Change Economics and Policy). Suite à la COP21, les Etats s’étaient engagés à limiter le réchauffement climatique à 2 degrés Celsius par rapport à 1880 d’ici à 2100. Le rapport indique que 58 pays ont voté des lois et pris des mesures nationales pour réduire leurs émissions de CO2 d’ici 2030, mais que seulement 16 pays sur 197 ont pris des mesures correspondant à ce qu’ils avaient promis. Pas un seul État membre de l’UE ne figure parmi ces 16 pays. L’Union Européenne, qui avait d’abord fixé des objectifs pour les 28 États membres, s’est par la suite donné un objectif général, sans préciser les ambitions de chaque État membre… et 7 pays de l’UE n’ont aucun objectif national.