« Le problème n’est pas le prix du carburant. Le problème, c’est le carburant. »

Le 17 novembre nous pompe l’air. Vous en avez entendu parler, de cet appel à bloquer les routes pour protester contre la hausse du prix du carburant ? Après une pétition signée par près de 300 000 personnes en cinq jours, des dizaines d’appels à bloquer les routes le 17 novembre se sont multipliés sur les réseaux sociaux. Une vidéo publiée le 24 octobre et appelant les automobilistes à déposer un gilet jaune devant leur pare-brise a cumulé quatre millions de vues, et le 15 octobre, un groupe «Stop au carburant au prix de l’or» s’est créé, rassemblant depuis près de 66 000 membres. Depuis, il a changé son nom pour «La France en colère». Ces mouvements sont-ils politiques ? Des tas d’articles vous en parleront.

Mais de fait, le problème n’est pas tant de connaître l’origine exacte de cet appel à bloquer les routes, mais de réaliser qu’à l’heure où nous n’avons d’autre choix que de réduire au strict minimum notre dépendance aux énergies fossiles, entre deux marches pour le Climat, le peuple français s’apprête à descendre dans la rue pour râler contre l’augmentation des prix à la pompe. Le premier enseignement de cet appel au 17 novembre, c’est le symptôme flagrant de notre déni sociétal.
Si notre objectif – puisque notre objectif – est de limiter drastiquement le réchauffement climatique dans les plus brefs délais, comment penser que les changements conséquents que cela impliquera se feront sans heurt ? Oui, le prix du carburant va augmenter. Et encore augmenter. Parce que les ressources se raréfient, parce que les lobbies pétroliers veulent en profiter, parce nos dirigeants ne prendront pas le taureau par les cornes, ou pas de la bonne façon. Oui, le prix du carburant va augmenter. Et une vraie politique de transports doux doit être pensée, et mise en place par l’Etat. Cette hausse doit venir financer un vrai maillage du territoire, des campagnes, là où les Français ne peuvent vivre autrement qu’avec une voiture. Et puis des systèmes de co-voiturage, et surtout de télé travail, doivent être proposés par les entreprises avec une véritable politique incitative de la part de l’Etat.
Les solutions existent, tout le monde le sait. Elles doivent être mises en place, sans attendre.

Et puis plus tard, c’est certain, peu à peu, il va falloir s’y faire, la hausse du carburant impliquera pour certains de changer leur façon d’exercer leur métier, ou de changer de poste, si leur métier ou leur poste implique de faire des trajets de 50 ou 70 kilomètres en voiture chaque jour sur une planète qui ne peut plus le tolérer… Oui, les défis qui nous attendent impliqueront d’effectuer des changements colossaux, et de remettre en question ce qu’a été notre vie jusque-là. Pas à contre cœur, mais avec courage et enthousiasme, en trouvant un vrai sens à sa vie, parce que « notre vie de jusque-là » ne tient pas la route. Parce qu’on ne change pas le monde simplement en arrêtant d’acheter ses vêtements chez H&M.
Alors encore oui, cela va être difficile. Non, cela ne va pas se faire sans efforts individuels et collectifs. Et oui, nous pouvons relever le challenge. Nous le devons, et il va falloir s’y faire.

Ce que les réactions à cet appel permettent aussi de mesurer, c’est le ras-le-bol des Français : des Français qui ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts dans des conditions économiques et sociales de plus en plus complexes (un Français sur cinq ne mange pas à sa faim), des Français scandalisés par les choix de dirigeants qui nomment la responsable de communication de Danone secrétaire d’Etat à l’environnement, ou encore qui refusent d’interdire le glyphosate.

Nous en avons ras-le-bol ? Ne nous trompons pas de combat.
Ne descendons pas dans les rues pour râler contre la hausse du carburant. C’est un leurre.
Le problème n’est pas le prix du carburant. Le problème, C’EST le carburant.
Le problème, c’est Total, ses incursions inadmissibles dans les rares lieux de nature encore préservés, sa stratégie d’investissement coûteuse en émissions de gaz à effet de serre… Le problème, c’est Total mais aussi les autres compagnies pétrolières, guère plus vertueuses, et le fait que des milliards de personnes  dépendant chaque jour de ces entreprises scandaleusement irrespectueuses de l’environnement et des enjeux colossaux que nous nous devons de prendre en compte pour survivre.
Le problème, c’est eux. Et puis c’est Danone, c’est Nestlé. C’est le système, c’est le paradigme

Pour faire savoir notre ras-le-bol d’un système qui nous dit qu’il va changer depuis 1992 mais qui rechigne encore à mettre le pied à l’étrier, pour dire à nos dirigeants et aux entreprises que nous sommes prêts, et que nous n’en pouvons plus de les attendre, ce que nous devons boycotter, ce sont les multinationales qui s’immiscent dans le droit des Etats et le droit des peuples. Ce que nous devons boycotter, ce sont les supermarchés et les enseignes de fast food qui nous empoisonnent, et les magasins de fast fashion qui nous poussent à la surconsommation, et le plastique à outrance qui nous asphyxie, et les pesticides qui nous tuent à petit feu.

Alors ne nous trompons pas de combat. Si nous rejoignons ceux qui descendent dans la rue pour dénoncer la hausse des prix du carburant, en espérant dénoncer autre chose, en espérant faire converger les luttes, c’est illusoire : les médias aiment les raccourcis, et ils ne prendront pas la peine de dissocier les revendications.

Faisons preuve d’un peu de patience, et attendons une petite semaine de plus : le 23 novembre, 6 jours plus tard, ce sera le Green Friday. Cette journée a été co-organisée conjointement par Climate Friday, « Il est encore temps », Boycott Citoyen, Plastic Attack, et i-boycott. Il viendra contrer le Black Friday, ce jour de consommation à outrance où les grandes enseignes bradent leurs produits payées à bas coûts par les acheteurs, mais produites au prix fort par des ouvriers exploités, et par la planète dont les ressources sont pillées à outrance, tout ça pour changer un four qui fonctionne très bien ou nous offrir un cinquième petit pull, ne soyons pas dupes.
Et puis le 8 décembre, ce sera la marche mondiale pour le Climat au moment de la COP. C’est là qu’il faudra être nombreux, plus nombreux que pour la Coupe du Monde, plus nombreux, s’il vous plaît, que pour Johnny, plus nombreux, par pitié, que le 17 novembre…

Rejoignez le mouvement : chaque jour, Boycott Citoyen ajoute une marque à la liste noire des produits dont nous ne voulons plus, au nom de notre avenir. Pour participer à la magie des réseaux sociaux, c’est par ici !

 

24 commentaires

    1. Et de partage des richesses pour du bien vivre, sans croissance. J’y serai donc le 17 le 23 et le 8 décembre. Taxons le kérosène et surtout le fuel marine nerf de la mondialisation destructrice des mondes anciens. actuels et futurs.

      J'aime

  1. Bien sur que le pb c’est le carburant, mais aussi son PRIX! Le prix du baril n’a pas changé alors qu’il a bondit à la pompe!!(taxes massives de notre gouvernement). Votre analyse, si elle sert à peu près l’écologie, elle nie totalement les faits sociétaux! Changer de travail si on a trop de kms à faire pour bosser? dans un pays qui compte plus de 3 millions de chômeurs? non mais vous êtes sérieux? Notre seule force aujourd’hui et d’arrêter de consommer n’importe comment..Boycotter autant que possible, sera bien plus efficace que de manifester dans les rues, car Là, vous toucherez à leur sacro-saint pognon ..Car c’est lui qui gouverne… lamentablement.

    J'aime

    1. En effet, la limite de cet article c’est qu’il ne pose pas le problème politique et donc de choix économiques qui devraient contraindre les investisseurs et les marchés à œuvrer dans ce sens. Mais il pose néanmoins le problème de la nécessité d’une prise de conscience collective mais aussi individuelle car à terme si la planète devient invivable (aujourd’hui et depuis quelques mois on en voit concrètement les effets) c’est l’humanité et tous les êtres vivants qui sont condamnés !

      J'aime

    2. Tout à fait d accord 🙂la France est un pays qui crève sous les taxes !! Oui nous devons changer nos habitudes mais à quelle prix .. des solutions existent mais tout ces cac 40 qui se gavent sur notre dos n accepteront jamais de mettre en place des solutions écologiques !! Ça ne leurs rapporterait pas assez !!😡

      J'aime

  2. Ras le bol de l’écologie à but lucratif ! Ca pour nous racketter avec des putains d’écotaxes nos gouvernants sont très écolos, mais pour défendre la nature contre les ravages du capitalisme, là ils sont aussi écolos que je suis derviche tourneur ! Toujours aux mêmes de faire les efforts

    J'aime

    1. Reprenons
      En 1973 premier choc pétrolier
      L essence passe de 1 à 3 francs soit 50 cts d euro
      Un sondage réalisé cette même année montre que les français dont prêt a payer le litre 10 frs soit 1.50 € soit le prix en 2018
      En 73 le smic mensuel est à 90 €
      En 2018 a 1100 €
      En 45 ans le prix de l essence à donc été multiplié par 9 et le smic par 12
      Le prix relatif de l essence à donc baissé alors que dans quelques années il sera infiniment cher puisqu’ infiniment rare

      J'aime

  3. Il y a une erreur de date dans le texte : c’est le 23 et pas le 24 novembre 🤗
    MERCI pour cet article car c’est exactement ce que je pensais lorsque j’ai reçu la pétition sur le carburant.
    Pour moi la solution passe par la reconstruction sociale et économique des villages car la grande ville reste très difficile à vivre. On pourrait y créer ces centres de télétravail ou nos collègues seraient nos voisins et cela permettrait de ne pas être isolé socialement.
    😊

    J'aime

  4. Fin 19ème siècle Santos Dumont roulait en voiture électrique, plus tard avec la découverte de gisements de pétrole soit disant inépuisables, on a orienté la recherche pour des technologies utilisant du pétrole comme carburant pour les véhicules.
    Actuellement le véhicule électrique tente de renaître sauf que les lobbys pétroliers bloquent cette résurrection qui serait salutaire pour notre santé et surtout celle de la planète qui est en train de mourir !

    J'aime

    1. Pas sûr que la solution finale soit électrique, meilleur solution avec l’hydrogène…! Mais il faut faire sauter les lobbying pervers et faire table rase des intérêts individuels…!
      Bon courage,
      Pierre.

      Aimé par 1 personne

      1. C’est tout à fait ça, mais ils ne le veulent pas ,car ils savent déjà faire …..!les énergies fossiles rapportent trop pour le moment.

        Aimé par 1 personne

      2. L’hydrogène est produit avec du pétrole aujourd’hui, peut-être avec de l’électricité demain et avec rendement énergétique déplorable. Il ne peut donc être une solution alors qu’il va augmenter notre consommation énergétique.

        J'aime

  5. Certes certes mais quand va t on poser le fait de plus en plus évident pour tous et toutes que le problème n’est est pas d avoir ou pas une morale individuelle écologique mais d avoir collectivement un refus actif de la logique du profit autre formule pour parler du capitalisme qui étend sa barbarie.
    Faire des marchés avec des fleurs et des pancartes pour le climat c est bien poser la question du carburant comme agent de désastre pour la nature c est bien aussi. Mais ce n est hélas que de la diversion involontaire des vrais enjeux que http://www.lilejouteau.fr par ex souligne ce jour à propos des vertébrés sur la planète en chute numérique libre. Cet en jeu c est resumable ainsi la barbarie capitaliste s appuie sur le productivisme
    et les massacres des peuples des animaux des terres. Le système est ravi des colloques et des démarches comme la cop 21 et autres fadaises d apprendre aux gamins à se laver les dents en économisant t l eau alors qu ils sont nourris aux sucres et autres saloperies de l agro alimentaire occidental et autre.
    Le capitalisme est un système capable de intégrer les contradictions mineures qu il produit. Lorsque cela devient évident trop visiblement que ç est un système épouvantable il y a des crises graves et seulement partielles hélas. Alors il recule un peu sur des points secondaires.
    Même ce gentil Hulot à craqué mais en fait sans trop se fâcher. Il croit sans doute que ç est encore possible de réformer en douceur en douce. C était évident avec ce gouvernement de droite. Le choix entre Macron et le Pen n en était pas un. On le voit bien avec le Brésil ce dimanche dernier. Macron est juste le chaînon manquant dans l engrenage Hollande et une gauche de merde qui aboutit à Macron banquier odieux qui tient la porte pour les futurs Bolsonaro qui comme en italie s installera sur les confusions et les fausses pistes que les socio democrates de tout poil ont inventé depuis trente ans.
    Bien sûr que les manifs anti hausse de l essence sont une manoeuvre d extrême droite. Solidaire à même fait un tract précis à ce sujet. Mais la question ne peut être fractionnée sur la nuisance évidente du carburant comme justifiant les hausses ou en diminuant là nature anti populations les moins riches.
    Les verts ont fait du travail très poussé sur ces questions du carburant. C est super si j ose dire mais c est le petit bout de la lorgnette. Il faut comme l à posé Osons Poitiers combiner plus largement les exigences et revendications de défense de classe. La bourgeoisie en veut toujours plus et pour cela organise la confusion sur les raisons et les responsabilités . Elle des soutiens actifs y compris à gauche…..au nom de un realisme d un pseudo pragmatisme mot valise insane. Méfions nous de ces gens là dont nous avons à Poitiers de sérieux fleurons éligibles au prix Nobel des faux culs. Ou en est la position du maire ps sur les transports gratuits? E t l histoire du parking payant du CHUCHU DONT il est président du CA. Et la liste pourrait être si longue .
    Bon courage à toutes et tous pour la suite de ce siècle qui est mal barré. Socialisme ou barbarie. On est au seuil de ce qui n est plus une formule vide. Le stalinisme à fait….ses preuves terribles le capitalisme …la preuve de son immense saloperie et de son incapacité.

    J'aime

  6. J’ai peur hélas que la bonne volonté ne suffise pas .A mon avis l’humanité va régler ses problèmes comme elle l’a toujours fait dans l’histoire,par la violence et la guerre.Déja certains s’y préparent.Aujourd’hui c’est Halloween fete de la consommation après il y aura les soldes,Noel et ses nouveautés(console, I-phone …)aprés ce sera la Saint-valentin Paques La fete des méres .Regardez les gens avec leurs portables dernier cri, les files d’attente au moment des soldes,les goodies de la coupe du monde.Qui peut croire que les gens sont conscients des problèmes?Oui il faut rester optimiste et ne pas affoler le bon peuple et que les affaires continuent.Il parait que l’immobilier s’envole en Nouvelle-Zélande pays le plus écarté de la planéte et offrant des standards occidentaux.Les riches ont prévu d’aller s’y planquer quand ça commencera a aller trop mal.Rien que pour envoyer ce pauvre message j’ai moi-meme gaspillé je ne sais combien d’énergie;Noir c’est noir comme disais Johnny

    J'aime

  7. Je n’ai pas de remède miracle!
    Toutefois….oui je ne serai pas dans cette manifestation de blocage des routes! Je n’y serai pas parce que même si je trouve inconcevable toutes ces taxes sur les carburants, ce n’est effectivement pas celà qu’il faut dénoncer, mais ce monde terrifiant que nos gouvernants favorisent en laissant/favorisant les plus riches à détruire la planète et avec tous ces individualistes égoïstes qui ne pensent qu’à leurs nombril! Non la destruction des portiques pour faire payer tous ces camions pollueurs n’a pas arrangé les choses! Bravo Jupiter, alors Ministre, n’avait rien de trouver de mieux que de mettre encore plus de bus diésels sur les routes! Et vous êtes surpris qu’il casse la SNCF aujourd’hui? À Montpellier, c’est une 2ème autoroute pour faire passer les 1ers et une 2ème Gare TGV pour ne pas y arrêter des trains soient-ils amphibies en zone inondable!

    J'aime

  8. Haha! Je bosse à 25 km de mon lieu de travail. Je suis infirmière donc le télé-travail en tant qu’infirmière ça me fait juste rire! Je vous soignerai bien à distance, vous verrez comme ça sert de réfléchir avant de parler.quand je travaille de matin, je termine à 15h30, malheureusement il n’y a pas de train avant 17h30. Ensuite je fais régulièrement des astreintes à domicile, donc je dois arriver au plus vite lors d’une urgence. Donc j’imagine bien laisser les mamans en train de mourir, en leur disant: mais le carburant c’est trop chère, je dois venir à vélo, donc pas là avant 1h30, vous ne pouvez pas attendre un peu avant de mourir? Ou bien prendre mon vélo à 3h du matin pour aller bosser… en plus avec les fermetures des hôpitaux de proximites, beaucoup de collègues qui ne faisaient pas beaucoup de kilomètres, se retrouvent malgré eux à devoir en faire beaucoup plus pour aller travailler. Comme d’habitude c’est les gens de la classe moyenne qui vont le plus trinquer. Mon mari fait 1h de route pour aller bosser, et pareil, pas de transport en commun en dessous de 2h de trajet, et impossibilité pour lui de faire le trajet gare-boulot (pas de bus). Comme on fait beaucoup de route, la voiture électrique nous reviendrais beaucoup trop chère (puisque la location de la batterie se paye en fonction du nombre de kilomètres). Alors madame Carol Galand, vous qui savez écrire de si beaux articles, j’attends vos solutions concrètes….

    J'aime

  9. Au lieu de VOLER les citoyens (ce qui reste le plus simple, le plus rapide et le plus rentable pour lui), l’Etat devrait avant tout MONTRER L’EXEMPLE en réformant avec courage et détermination les sources de pollution désastreuses pour le pays :
    – le transport aérien (voyageurs et marchandises)
    – le chauffage des établissements publics (lycées, hôpitaux…)
    – l’industrie
    – le transport routier
    – Etc, etc…

    Et mettre la priorité sur les vraies solutions :
    – Énergies renouvelables, énergies vertes
    – Transports en commun propres
    – Télétravail
    – Etc, etc…

    Aimé par 1 personne

  10. D’accord, nous devons changer nos habitudes… Et taxer le petrole est une bonne chose pour nous obliger à changer un peu nos mauvaise habitude.
    Mais le fioul lourd des portes conteneurs, le kérosène des avions… Pourquoi n’est il pas taxé de la même façon… voir plus car plus polluant…
    Au delà de nos habitudes, c’est notre façon de consommer qu’il va falloir changer…. Faire voyager TOUT et parfois plusieurs tours n’est plus raisonnable et plus supportable….
    Vive les taxes !!!

    J'aime

  11. Bien surt que le prix du carburant est un problème…
    Je suis la première â me servir de mes jambes quand cela est possible ( marche Velo trottinette )
    Dans notre village tout est bien organisé pour la sécurité des enfants mais quand on sort du village on risque de se faire faucher par une voiture â tout moment , trop risqué .
    Alors on prends la voiture car â la campagne pas de transports en communs ( mis à part le bus qui mets 1h30 pour nous emmener a l entré de la ville au lieux de 20 min ên vouture ) l école ne garde pas les enfant jusque 22h le soir donc on a pas ce temps à perdre .
    Quand notre travail est de s occuper de personnes âgées isolées, on ne peut les délaisser pour des raisons écologique ou de prix de carburant… Mais pas le temps de prendre son Velo puis compliquer de transporter une personnes ên perte d autonomie â Velo …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s